top of page
Rechercher

Le masque, l’outil favori des manipulateurs


Obnubilés par leurs propres turpitudes, par une souffrance permanente, par un complexe étonnant, les pervers narcissiques (PN) ne sont pas en capacité de se mettre à la place des autres. Faire preuve d’empathie leur est impossible. S’ils semblent le faire, c’est qu’ils jouent un rôle. Tout en eux n’est que subterfuges.


Les PN que nous connaissons, sont sans élégance, sans empathie et obsédés par la recherche d’une image positive de soi totalement défaillante qui les entraine dans un jeu de séduction infini; mais le jeu ne dure jamais longtemps car visiblement les autres se lassent vite de la communication paradoxale qui est la leur et de l’étrangeté de leur comportement qui n’est que répétition à l’infini des mêmes délires.


Les PN que nous connaissons sont immatures et capricieux, ce sont les roitelets des diablotins, souvent tyranniques, colériques et jaloux. Ils sont jaloux de tout, puisqu’ils n’ont aucune estime pour eux-même. Toute réussite des autres les met automatiquement dans un état de frustration si grand qu’il leur faut immédiatement trouver le moyen de détruire la moindre lueur de bonheur. Ils sont jaloux et allergiques au bonheur des autres et sont ainsi voués à être malheureux.

Ils portent un masque et se comportent en véritables caméléons qui calquent ce qui se passe autour d’eux afin de paraître ce qu’ils ne sont pas. Les PN jouent en permanence un rôle, ce sont des comédiens hors pair, leur vide existentiel est si grand qu’ils s’engouffrent dans la vie des autres pour les observer sans retenue dans l’espoir de les attirer pour ensuite les vampiriser.


Comment sortir des griffes de tels êtres dénoués d’empathie ? Comment prendre conscience qu’ ils peuvent aller jusqu’à commettre le pire pour plier leurs victimes à leur volonté afin que le reflet de leur image ne puisse être terni par un soudain discernement sur les énergumènes qu’ils sont ? Comment fuir et sortir de ces fâcheuses relations ?


Nous essaierons, à travers ce livre, de vous décrire les véritables traits de caractère de ces personnages dont on parle beaucoup depuis des décennies en puisant dans nos rencontres personnelles et professionnelles, dans les échanges avec ceux qui viennent au cabinet et dans nos recherches. S’attaquer au PN en Afrique est un défi qui n’aura peut-être pas toute l’attention nécessaire mais nous avons la certitude qu’en ce moment crucial de libération de la parole, nous nous mettons dans une dynamique de donner des outils pour aider de nombreuses victimes à sortir de la tyrannie de personnalités perverses. C’est cela qui est important.


PS : il peut s’agir aussi bien d’un homme que d’une femme.


Fatoumata KANE, Les PN que nous connaissons, (à paraitre), les éditions Lakalita

58 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Changer le monde pour les filles

C’est dès la tendre enfance que l’on doit donner aux filles l’opportunité de prendre conscience de la force de la pensée positive et de la confiance en soi. Nous avions dans nos cultures et traditions

Assumer la responsabilité de son vécu

Pour assumer son vécu et en accepter la responsabilité, on doit s’engager dans un processus de connaissance de soi qui demande du temps et de la motivation. Cette démarche est fondée sur la perception

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page